Membres

EMBEAU



Je me nomme Emmanuel Beaudoin, mon pseudo est « Embeau ».
J'ai débuté le dessin vers l'age de 8 ans en dessinant les personnages de « Goldorak » sur des cahiers d'école.
Par la suite j'ai découvert les comics et des auteurs tel que Neal Adams, John Byrne, Jim Sterenko etc ...


Je me suis mis à dessiner du comics pendant une dizaine d'années avant de m'orienter vers le Franco-Belge.

Dans les années 90, j'ai publié des BD dans un fanzine nommé « Heaven's », puis 8 planches dans « France routier ». Ensuite, je me suis consacré à l'illustration jusqu'en 2005 ou la fibre BD m'a rattrapé!

Je travaille actuellement sur un album en auto-édition « Liens du sang » prévu pour la fin de l'année et je dessine pour le fanzine « Capsule » de Reims.



CELADONE


Bonjour, je suis infographiste.
Voir mon blog BD et Compagnie.

J'ai toujours été passionnée de BD. j'ai participé au fanzine « Tenshi No Te » d’inspiration Manga de 1999 à 2005. En 2007, je fonde avec des amis « La Lanterne à BD » une association de dessinateurs picards réalisant et produisant un collectif BD chaque année (7 collectifs en 2014).
En avril 2014, je réalise avec Serge Dutfoy et le service Architecture et Patrimoine de la Ville de Saint-Quentin, la bande dessinée « Raconte-moi la Grande Guerre à Saint-Quentin en BD ». 



En août 2014, je participe à l’album collectif de BD « Envies d’Ailleurs » ou je dessine l’histoire « Si Ma Reine … » sur un scénario de Katia Even. L’album a fait l’objet d’un financement participatif avec Ulule et a dépassé les 1000%.

BANDIJONES




Laissez moi vous présenter BandiJones!
Ban”di pour Crash Bandicoot et Jones pour Craig Jones (#5 de Slipknot, un de ses groupe préféré...au passage....).

Cet énergumène passionné par le dessin est aussi un gros fan de cinéma, de jeu vidéo, de musiques et de manga. Il passe la plupart de son temps avec un crayon à la main pour faire une BD ou tout simplement une illustration.

Il a sa propre mascotte qui l'appelle M.Lama....n'allez pas savoir pourquoi mais il ressemble plus à un zèbre qu'à un lama...en plus il est  jaune avec des rayures bleu. Où est la logique? Prend t-il des substances illicites? Je ne pense pas, il a créé ce personnage depuis sa plus tendre enfance.

Mais après une paire d'années à avoir perdu l'envie de dessiner, en 2010 il créa sa propre version d' "Alice au Pays Des Merveilles" et attaque juste après à son deuxième personnage fétiche, M.Kangourou le détective.

Fin 2013, il devient membre de l'association "La Lanterne à BD" et depuis, il se consacre entièrement à son nouveau projet "SYSTEM SOLAR WARS". Un vrai nid à référence, Star Wars, One Piece, entre autres.

Et depuis quelques semaines, on peu retrouver ses dessins sur un site de jeu vidéo, son autre passion.

VOILA! Comme dirais Jonathan de REAL PLAY, ce sera tout. Retrouvez sur ces liens, son travail de mouches! =3

Son deviantart: http://bandiseb.deviantart.com/
Le site de jeu vidéo où vous pourrez retrouver tous les jeudis un dessin: http://lrdmtv.fr





FABIEN
Commençons par le commencement. 

En primaire, je recopie les Lucky Luke, je lis les Léonard de ma mère et je suis abonné à Picsou Magazine (où je découvre un de mes auteurs préférés: Don Rosa). À l’époque du collège, je m’émoustille devant les Lanfeust de Troy et mon avenir se dessine progressivement, c’est décidé, je serai prof d’arts plastiques.

Au lycée, je crée avec quelques copains une association et un fanzine rempli de BD! Mais une nouvelle passion s’empare de moi: jouer de la musique…

Arrivé à la fac d’art sur Amiens, je me consacre davantage aux études et à donner des concerts. La bande dessinée se mêle doucement à mes travaux universitaires, j’enrichis ma culture artistique et je verse quelques larmes en lisant MAUS d’Art Spiegelman, la claque! BIM!

Et hop! Peu de temps après je deviens un prof d’arts plastiques qui choisit quoi comme thème pour son dossier de formation? Réponse : La bande dessinée comme outil pédagogique.

Les années passent, je prends plaisir à participer à divers concours de BD (avec quelques belles surprises!), je découvre tardivement l’univers des mangas et j’entame la loooooongue collection des Hajime no Ippo de Georges Morikawa.

2016, je range ma basse et je ressors les crayons pour de vrai! Je rejoins La Lanterne à BD! Je sors mon premier petit album tiré à 100 exemplaires! Je fais mes premières dédicaces durant les festivals! 

Je rencontre des auteurs formidables! QUE DU BONHEUR! On ne m’arrête plus, j’adore ça! 





FONFON

Son attitude vestimentaire nous fait penser qu’il a connu Mai 68, et tout ce qui va avec.
Il est considéré comme psychotique depuis son plus jeune âge, à partir du moment où il a commencé à raconter les aventures qu’il vivait avec ses amis :


Georges, Allan le coq, Recto le ver sot, Coma l’éléphant rose.
Lui et ses amis de phylactère sont considérés comme des « touffes-touffes », mais il s’en moque, continue de vivre ses aventures délirantes et loufoques et tente de se perfectionner dans sa passion.

Entre deux cases de BD, il poursuit des études d’éducateur spécialisé, mais il ne compte pas faire cela toute sa vie, juste le temps nécessaire pour publier sa BD et en vivre…
Il suffit de trouver un éditeur. Et un bon éditeur est celui qui médite ! (Geluck)



GUILLAUME
Guillaume Delacour a longtemps évolué dans le monde amateur du dessin et de la bande dessinée. 
Etudiant à la fin des années 90 , il participe au fanzine Krom à Amiens. Cette aventure dure 6 ou 7 numéros et lui permet de rencontrer le public dans divers festivals. Elle lui permet également de décrocher une première expérience professionnelle, et de publier pendant un mois une aventure en demi-pages journalières dans le quotidien Le Courrier Picard.

Cependant après cela, il change de cap pour gagner sa vie et la BD reste en sommeil durant de longues années.

Depuis 2010, la flamme est rallumée, grâce à internet où il publie un webcomic, La Guerre Millénaire. Dans la foulée il rejoint l’association d’auteurs picards La  Lanterne à BD.

Il travaille depuis dans l’illustration, notamment pour le site internet infinite-rpg.com, pour des romans et jeux (de rôle, de cartes…), des associations, des  évènements, etc.

Mais ce qui lui tient le plus à coeur reste la bande dessinée, avec en vedette la série Ariane Dabo – la lance opale de feu (Y.I.L édition) dont il est l’auteur complet. Ariane Dabo est une héroïne d’aventures contemporaines sur fond de sociétés secrètes et d’occultisme. Trois albums sont déjà parus, et plusieurs autres sont en préparation.


En 2016 Guillaume travaille sur l’album pédagogique Le Cancer de mon Père #cétépasprévu, projet piloté par l’association En Vie en collaboration avec l’Aire Cancers du Nord et le CHRU de Lille.





GWENAEL


Né le 25 Avril 1966 à Saint-Quentin, j’'y passe une enfance paisible de gribouilleur invétéré.
Après un Bac D au lycée Pierre de la Ramée en 1983, je prépare des études d'Arts plastiques à Paris I Panthéon Sorbonne où je passe une Licence en Arts plastiques en 1986 et une Maîtrise en Esthétique en 1987.
Voir le blog de Gwenaël.



Après quelques années dans l’illustration entre 88 et 91, j’entre dans l’enseignement en 1992 en tant que professeur des écoles en maternelle.

Après des petits Mickey aux cours de dessin de Serge Dutfoy, j'obtiens en 1987, le premier prix des Journées BD de Saint-Quentin.

De 88 à 91 je réalise des affiches et des plaquettes.

Je travaille ensuite avec un ami en tant que scénariste et coloriste sur un projet non publié et je participe à l'illustration de 3 textes dans le cadre du Festival de la Nouvelle de 1991 et 1993 dont une couverture couleur pour une histoire d' Alexis Salatko.

Je crée à l'initiative de M. Pierret un projet de fresque murale pour la section scolaire du centre hospitalier de Saint-Quentin.

De 2000 à 2002, grâce aux expositions montées par l'association PRISME et lors du salon de la BD de la ville de Saint-Quentin, mes recherches liées au projet qui me tient le plus à coeur ont reçu un accueil trés favorable du public.


Ces albums illustrés intitulés « Les Larmes du Paradis », puis « La Fossette de Lucifer », racontent le chagrin d'amour d'un ange sur les hauteurs d'une cathédrale.

Ce double album est dans l'attente d'un éditeur prêt à accompagner le développement de l'ensemble.

Invité par l'association les 'Ecriv'aisnes lors de leur salon du livre de Sinceny, j'y ai fait la rencontre il y a trois ans de Laurent Dirson, avec qui je développe mon album et mène quelques projets Bd en parallèle ( cf Panique a l'Abbaye).


Depuis un an, Laurent travaille au storyboard des « larmes du paradis », et moi à l'écriture d'un roman médiéval et à son adaptation en BD sur 5 tomes, dont Laurent a débuté la réalisation.



JULIEN


Natif de la région laonnoise, je voue, depuis que je suis en âge de comprendre, une passion particulière pour l’esthétique du monde qui m’entoure.
Je montre alors des signes de création par le dessin, ainsi qu’à travers un monde imaginaire basé sur des maquettes en Lego Technic.
La bande dessinée devient bientôt l’orientation immédiate, et au début de l’adolescence, des idées commencent à me tourner dans la tête et les prémices d’une première histoire prennent déjà forme !

Après avoir décroché un Cap en dessin d’exécution, je poursuivis avec un Bac Professionnel en Arts Graphiques et un BTS en Communication Visuelle – le tout au Lycée Professionnel Saint-Vincent de Paul, à Soissons – me destinant alors à une carrière de graphiste. Par ailleurs, mon 1er projet BD prenait une telle ampleur que j’en ai profité pour le présenter aux épreuves du Bac. Il comptait alors deux scénarios et une base de recherches sérieuses niveau dessin, mais malheureusement encore trop immature et bancale. Le projet enthousiasma le jury, mais il était déjà temps pour moi de passer à autre chose.
Ayant souvent été complimenté – grâce à ces deux scénarios – sur mes idées et ma façon d’écrire (qui selon les dires « se voulait proche de celle d’un roman »), en 2007 naquit dans mon esprit un personnage qui ne cessera plus de grandir et d’exister !
Véritable avènement personnel, je le destine aussitôt à du texte et non plus à du dessin. Ainsi l’écriture prit rapidement une place importante et finit même par dépasser les crayons, sans pour autant les anéantir.

Aujourd’hui, c’est donc en tant qu’autodidacte que j’édifie des histoires et crée des personnages. La métaphysique et le fantastique m’attirent en premier lieu, mais je vais chercher avant tout à créer des univers complexes, bruts, et se rapprochant le plus possible de la réalité. Incapable pourtant de m’en tenir à un seul genre, ma soif d’imaginer me pousse sur différents sentier : autant vers le fantastique que vers la science-fiction, autant vers la Fantasy que vers les westerns, autant vers le comique que vers la noirceur de l’âme.
Forgé par la saga The Matrix, je vais généralement puiser mes inspirations dans la musique et le cinéma de genre, avec des figures emblématiques tels que Clint Eastwood, Sergio Leone, Terence Hill ou Sylvester Stallone, et vais souvent garder en références des incontournables : Riddick, Valhalla Rising, Rocky/Rambo, No country for old men, Retour vers le Futur, ou encore Mon nom est Personne. Côté littérature, j’ai un fort penchant pour les œuvres de Stephen King, Todd McFarlane (Spawn), Robert E. Howard, Robin Hobb, ou encore Jules Vernes, pour ne citer qu’eux.


KY (KuroYasha)

05/08/1974
Passion : Les mangas et la culture japonaise...
Deteste : Rien... ou presque !
Depuis tojours, j'ai une passion pour le dessin
et en particulier pour la BD.
Que dire de moi…




Je suis quelqu'un de très gentil et je recherche…
- hein...? Quoi !? Ce n’est pas pour un site de rencontre… ?
 -
Bon… Alors, disons que je dessine depuis très longtemps…
Oh oui… Vraiment longtemps !

Après des études d’informatique, j’ai suivi un cursus de 3 ans
à l'Institut St Luc en Belgique. cela m'a permi d'apprendre certaines
notions dont je me sers actuellement...
J'ai été très influencé par les animes du Club Dorothée et
j'ai commencé en reproduisant les Chevaliers du Zodiaque.
Puis, rapidement, j'ai essayé de créer mes propres histoires.
Deux d'entre elles me tiennent particulièrement à coeur :
Séraphin et Inferni GenSX.

Je suis axé sur des histoires très 'shonen', voir 'seinen'
baignées dans l'héroic fantasy et les mythologies.
J'aime bien mélanger les scènes noires et les scènes délirantes.
J'espère que les quelques images qui suivent vous plairont
et je vous dit à très bientôt






* Shonen = Manga pensé pour un publics de jeunes garcons



* Seinen = Manga pensé pour un publics de jeunes adultes homme



MAEL

My name is Maël Mida" Vous avez peut-être cru que j’allais me présenter en anglais et puis quoi encore ! I am bilingue mais not exagered… "




Passons aux choses sérieuses :
Après une enfance tranquille, peinarde sans trop d’histoire à part avec mes playmobils : « je me souviens surtout de ce petit indien qui me…enfin bref ce n’est pas le sujet, ici ! Je m’égards encore. »

C’est arrivé au collège que j’ai commencé mes premiers cours de dessin dans le centre culturel de ma ville. A partir de là, une grande carrière m’attendait dans mon établissement grâce à des strips que l’on pouvait qualifier de très sensuel…le début de ma célébrité ???

A l’âge de sagesse (16 ans), j’ai décidé de mettre un terme à ma carrière de dessinateur érotique au grand damne de mes camarades. Une vision plus cartoonesque m’attendait…elle ne m’a pas aidé à avoir mon bac…

Après mon bac (eh oui, je l’ai eu !), dans un choix loufoque et incompréhensible, j’ai décidé d’abandonner ce monde pour devenir un grand bonhomme…Après 5 ans d’études supérieures et quelques croquis volés au fil des longues heures d’amphi…une carrière d’enseignant m’attendait…youpi!

Et arriva le moment fatidique… après avoir tourné autour du pot pendant de longues années, je suis retombé dedans le 10 décembre 2007…depuis je ne lâche plus mon crayon au désespoir de ma femme…

Aujourd’hui, au rythme de l’escargot, je cherche à laisser ma petite trace dans le monde de la BD mais oubliez la période collégienne…je n’y reviendrais pas !!!




OLINE 02 

Sur la toile je m’appelle Oline02 mais, en vrai, mon prénom est Priscyllia (je le mets parce que je l’aime bien quand même ^ ^).

Formation :
Je suis originaire de la région laonnoise mais j’ai effectué mon lycée à Robert de Luzarches à Amiens et j’en suis sorti avec un Abitur (grâce à la formation « Abibac ») et un Baccalauréat littéraire mention Très Bien. J’ai poursuivi l’art plastique durant tout le lycée et l’ait présentée en tant qu’option facultative au bac (ma spécialité étant chinois), décrochant la note maximale.

Ensuite, j’ai fait trois années de khâgne A/L (une hypokhâgne et deux khâgnes) au lycée Janson de Sailly de Paris avec spécialité histoire de l’art, terminant sous-admissible au concours de l’ENS.

Puis, j’ai fait une première année de master Histoire de l’art à l’université Paris-Ouest Nanterre la Défense avant de me réorienter en Archéologie pour ma seconde année mais sans changer de thème de recherche, ce dernier portant sur la Grèce antique.

Une fois mon master en poche, j’aimerais passer le concours de l’Institut National du Patrimoine afin de devenir conservateur de musée.  Cependant, la Bande-dessinée est un projet que je souhaite également concrétiser.

Moi et la Bande-dessinée :
Je n’arrive pas à me rappeler quand j’ai commencé à dessiner. Tout ce que je sais c’est que, dès que j’ai appris à lire et à écrire,  j’ai très vite ressenti  le besoin de lier texte et image. J’ai commencé en primaire par écrire des petits contes que j’illustrais avant de me lancer dans la composition d’un roman illustré. Arrivée en sixième, je me tournais encore vers un nouveau moyen d’expression, ce que j’appelais « l’histo-poème » : des poèmes avec l’illustration mais dont le recueil formait une histoire, une sorte d’épopée en somme, et je fus assez productive.

Mais la révélation vint réellement en cinquième alors qu’un travail de français me faisait m’essayer au neuvième art. J’avais enfin trouvé une solution à mon problème qui me convenait, un média où dessin et histoire jouaient un rôle équivalent. Depuis je n’ai pas arrêté, même durant ma prépa. J’ai participé au concours de bande-dessinée régional organisé par Amiens et j’ai réussi à être finaliste lors de mon année de terminale.

Il y a trois ans, j’ai cependant voulu m’y mettre sérieusement dans le but de publier mon histoire sur internet et de me lancer dans le fanzinat. Alors, au lieu de continuer des planches dans une histoire qui n’avait ni queue ni tête, excepté dans mon esprit et encore, je décidais de reprendre depuis le début afin de pouvoir tout construire de manière claire et cohérente. 

Maintenant, j’espère pouvoir donner à ma carrière de bédéiste un aspect plus concret en parcourant les salons avec mon fanzine pour peut-être un jour être officiellement publiée.

Mes inspirations :
Je viens de la génération qui a connu les débuts de Pokemon, Digimon, Card Captor Sakura, Dorémi Magic et autre Yu-gi-oh !, j’ai vraiment toujours été plus volontiers attirée par les animés japonais que par les autres productions, sans en avoir conscience au début et, si j’ai suivi ces géants qui débutaient à mes dix ans, j’ai aussi pu suivre quelques animés plus anciens via « Midi les Zouzous » sur la cinq qui passait régulièrement certains de ces animés connus de la génération Dorothée seule (Olive et Tom, Jeanne et Serge, Lucile love and Rock n’ roll, Princesse Sarah…) mais ce sont mes parents qui m’ont fait découvrir mon animé préféré, toutes catégories confondues  : Les Chevaliers du Zodiaque. Mais il m’arrive encore maintenant de suivre des animés actuels (Fairy Tail, Fullmetal Alchemist, Bleach…)

Ensuite, c’est vraiment lors de mes années collège que j’ai vraiment adhéré au manga papier jusqu’à continuer d’en suivre aujourd’hui, commençant par Negima du génial Ken Akamatsu et je continue avec sa suite, UQ Holder.  Hors quelques séries dérivées de Pokemon, Saint Seiya ou Zelda, j’ai également suivi Tsubasa reservoir Chronicle de Clamp et navigué un peu sur quelques autres séries, shônen essentiellement comme on aura pu le comprendre, tel Seven Deadly Sins. Question « Bande-dessinée » hors archipel nippon, excepté les Astérix qui ont baigné mon enfance, je retiendrais essentiellement Les Légendaires de mon incontesté maître: Patrick Sobral.

Un autre centre d’influence est le jeu vidéo, essentiellement du géant nippon Nintendo. J’ai commencé par les niveaux colorés des premiers jeux Mario sur Super Nintendo qui se retrouvaient sur mes premiers dessins avant de me procurer la Game Cube avec un coffret qui me fit découvrir ma série fétiche : The legend of Zelda, en commençant par l’indépassable et indépassé « Ocarina of Time » puis j’ai découvert également un peu par hasard l’excellent Tales of Symphonia avant de m’essayer à Fire Emblem, autre série que j’apprécie particulièrement, après que mon intérêt fut attisé par Super Smash Bros Melee via les deux adorables Marth et Roy. Pokemon fut aussi, naturellement, un de mes piliers de joueur. Enfin, j’ai testé Final Fantasy via l’action-RPG « Crystal Bearer » qui fut pour moi également une bonne surprise.

Enfin, comme on a déjà pu le constater via ma passion précoce pour les contes, tout ce qui est mythes et légendes est toujours quelque chose qui m’a beaucoup intéressé. Et même si je me suis plus spécialisée sur les mythes grecs de par ma formation et autre, je suis toujours en quête de nouvelles histoires à découvrir, que ce soit via de simples mentions dans des dictionnaires spécialisés, des textes originaux ou des adaptations littéraires (mon livre préféré étant la magistrale Ondine de Jean Giraudoux, aussi grand fan de ce genre de questions)
Donc en résumé : shônen, RPG et fantasy sont les trois piliers autour desquels se construit mon inspiration.


RODAMU


On m’appelle Rodamu…
Ce nom ne vous dit peut-être rien mais voilà un moment que je me suis mis à la BD.
Depuis novembre 1999, très exactement… j’avais 16 ans.Voir le blog de Rodamu
Comment me suis-je lancé dans le 9° art ?
Et bien d’abord, j’ai toujours aimé dessiner ! Enfant je passais de nombreuses heures à la bibliothèque où je dévorais avec passion les BD les unes après les autres.


J’ai inventé de nombreux personnages mais ceux qui m’accompagnent depuis longtemps dans mon quotidien sont Romain et Léa. Créés en 2000, j’ai fait évolué mes héros à travers les époques et de quelques aventures dessinées entre 2000 et 2003.
« Le Comté Anois » (dessiné en 2002) m’a permis de les poser en plein moyen-âge.

Et voilà qu’en octobre 2006, par un dispositif « envie d’agir » de la DDJS de l’Aisne, je sortais L’épopée moyenâgeuse de Romain et Léa de mes cartons… Le résultat en est l’album « Au cœur du jeu » (avril 2007) présenté sous la forme d’un cahier de vacances, et regroupant près de 30 gags incluant une centaine de jeux.

Aujourd’hui, Romain et Léa font la promotion d’événements culturels Axonais au travers de strips pour le site Internet Happy Aisne.



VIRGILE


Etymologie du prénom Virgile : Qui porte une canne (latin).
Je vous rassure je ne suis pas Docteur House !!!!

Né à Saint-Quentin en 1978, j’ai commencé le dessin à l’âge de 5 ans par amour de celui-ci mais surtout pour me mettre  en avant auprès de mon père.

Après plusieurs confiscations de cahier par les maitresses d’école suite à des dessins à la place des cours, ma passion devient une drogue (non je ne suis pas docteur House !!!) , je respire dessin, je mange dessin, j’ai des amis dessins, je dors dessin …
On m’appelle l’homme bulle, je suis dans mon monde, dans mes délires de bd, mais je partage mon univers comme les kinder bueno !!! (huhu)
Voici mon univers, la magie de l'animation, de l'illustration et de la BD.

Pour me présenter professionnellement, je suis titulaire du diplôme national d'arts plastiques options communication / animation.
J'ai réalisé plusieurs affiches comme les portes ouvertes de l'école Quentin de la Tour (02100) et des festivals (Saint Valéry sur Somme / affiche de théâtre), quelques courts métrages d'animation et récemment une Bande Dessinée intitulée "Mortel Carrefour" en collaboration avec la sécurité routière.
« Fantasy »est un projet que j’ai commencé il y a 15 ans, pour l’instant je le mets en « stand by ».
Je travail actuellement sur ma nouvelle Bande dessinée intitulée « les CH’TIOTS ».
Mon site http://virgileantoine.e-monsite.com/



YANN


J'ai commencé les cours de dessin à Saint-Quentin à l'Atelier Tournesol puis l'Ecole Quentin de la Tour.

Lors de mes études de communication à Roubaix, puis Valenciennes, j'ai renforcé mes connaissances en techniques classiques et en infographie.

Assistant temporaire de l'artiste Nils-Udo pour la préparation d'une exposition au Château Dampierre (Anzin), j'ai été éclairé sur la magie du Land Art.

Décorateur de dessin animé dans le studio l'Usine à Images (Valenciennes), j'ai appris les petits secrets de la mise en couleur sur ordinateur.

J'ai ensuite participé à plusieurs expositions collectives dont "Ni fées ni à faire" à l'Espace Saint-Jacques (Saint-Quentin) ou encore avec la Lanterne et Luminis à la MAL (Laon).

Je réalise depuis plusieurs années un site tentaculaire mêlant botanique et géométrie :

www.espacegraphique.com

J'aime l'aquarelle mais il m'arrive également de peindre à la palette graphique. La Lanterne à BD m'a permis de participer à de nombreux festivals et de renouveler chaque année l'aventure extraordinaire de notre album collectif.